Camille BEDIN

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Diplômée de Sciences Po Paris et de l’ESSEC, je suis salariée d’une entreprise dans le domaine de l’éducation (j’ai travaillé, depuis 4 ans, sur le développement de solutions numériques et sur le développement B2B de l’entreprise).

Cette indépendance professionnelle est fondamentale pour mon engagement politique.

J’ai 31 ans, je suis mariée et maman de deux petits garçons ; nous habitons Nanterre.

Je suis présidente du groupe d’opposition LR-UDI-DVD au Conseil municipal de Nanterre et Conseillère départementale des Hauts-de-Seine, en binôme avec Christian Dupuy, sur le canton Nanterre 2 – Suresnes, en charge de la Commission enseignement au Conseil départemental.

Je suis aussi Secrétaire nationale LR. Je travaille sur les questions d’égalité des chances et de réussite par l’éducation.

J’ai cofondé deux associations de coaching scolaire et j’ai publié deux livres, l’un paru chez Plon en févrer 2012, Pourquoi les banlieues sont de droite, et l’autre en livre numérique, en novembre 2012, Notre droite, nos vérités

Mon engagement

L’engagement public a toujours été une passion pour agir concrètement au service de l’intérêt général.

Dans la sphère associative, je me suis engagée pour l’égalité des chances et la méritocratie. L’éducation de chacun, l’accès à la réussite par le travail et le mérite, sont au cœur de la République.

Mon action associative

J’ai fondé il y a 10 ans, avec des amis étudiant avec moi, une association, Ambition Campus, qui a pour mission de coacher des lycéens de « ZEP » (dont Joliot-Curie à Nanterre, et désormais dans près d’une dizaine de lycées en Ile-de-France) vers le concours de Sciences Po.

Cette association avait un principe fondamental : le donnant-donnant. Chaque élève devait apporter à son « parrain », en échange de son coaching, un peu de sa passion. Avec les lycéens que j’ai coachés, j’ai ainsi reçu des cours de boxe ! L’association continue depuis toutes ces années et, même si j’ai quitté mes responsabilités pour ne pas risquer de confondre les membres avec mes opinions politiques, j’y suis toujours très attachée.

J’ai aussi participé à l’aventure des Pépites, une autre association chargée de briser les plafonds de verre et l‘autocensure des jeunes moins favorisés.

Dans la sphère politique, j’ai toujours participé à la conception de notre Projet politique, au plan national, et je suis élue de Nanterre et Suresnes.

 

Mon parcours politique, à l’UMP et aux Républicains, au service des idées et du Projet

Je me suis engagée à 19 ans à l’UMP puis aux Républicains, par passion : j’ai d’abord travaillé comme stagiaire de Valérie Pecresse, alors députée des Yvelines, j’ai eu la chance de travailler ensuite au Sénat américain, dans l’équipe du sénateur John Kerry, puis j’ai participé à l’aventure formidable de la campagne victorieuse de Nicolas Sarkozy en 2007, en travaillant, parallèlement à mes études, sur le Projet du candidat, sous la responsabilité d’Emmanuelle Mignon et de François Fillon.

J’ai ensuite exercé les responsabilités de déléguée nationale des Jeunes de 2008 à 2012 et de secrétaire nationale en charge de l’égalité des chances de 2010 à 2012, sous les directions de Patrick Devedjian puis de Xavier Bertrand, avant d’être nommée Secrétaire générale adjointe de l’UMP par Jean-François Copé (2012-2014).

J’ai eu le plaisir d’être la plus jeune membre de la direction de notre famille politique, à 27 ans. J’ai beaucoup appris sur le fonctionnement d’un parti, ses points forts et ses faiblesses, et sur la nécessité de le moderniser et de l’ouvrir sur l’extérieur : c’est ce que nous avons commencé à faire, en 2012, en mettant en place la « révolution civique » de l’UMP destinée à ouvrir les permanences de nos élus sur le terrain, partout en France, à des actions de solidarité (soutien scolaire, accompagnement juridique, aide aux victimes,…) avec l’aide des professionnels, membres de notre mouvement.

 

Des scores historiques à Nanterre qui permettent d’envisager la victoire lors des législatives à Nanterre-Suresnes

Grâce à l’action déterminée de toute notre équipe, nous avons obtenu un premier score en 2014, aux élections municipales, de 27% au premier tour, contre 14% pour l’équipe UMP de 2008 ; en 2015, nous avons cumulé plus de 40% des voix sur les deux cantons de Nanterre, aux élections départementales, enregistrant une progression très importante.

Retrouvez ici notre site municipal : www.nanterre-ensemble.fr

Lors des primaires de la droite et du centre, à l’automne 2016, nous avons enregistré près de 4000 participants, soit 1/5ème de l’électorat actif à Nanterre. C’est très supérieur à la mobilisation de la gauche, pourtant importante, lors de ses primaires de 2012.

Cette forte dynamique de la droite et du centre à Nanterre, ajoutée à la mobilisation de Suresnes avec Nassera Hamza, ma suppléante, adjointe au Maire de Suresnes, et avec le soutien actif de Christian Dupuy, nous permettra de l’emporter en juin prochain, aux élections législatives, face à une gauche complètement divisée et démobilisée, après 82 ans de communisme.

 


Pour les élections législatives de juin 2017, Nassera HAMZA sera ma suppléante.

Retrouvez sa biographie ci-dessous.

« J’ai un DESS de psychologie clinique et pathologique, j’ai exercé pendant 20 ans le métier de psychologue clinicienne avant d’occuper en septembre dernier un poste de chef de service territorial de protection maternelle et infantile au département des Hauts de Seine. 
Je suis adjointe au Maire de Suresnes, en charge de la Petite enfance, de la Famille et de la politique de santé.
J’ai toujours été passionnée par la Politique : je suis née en France, en Seine St-Denis, il y a 46 ans, de parents immigrés algériens. Mes parents nous ont toujours enseigné, avec mes frères et sœurs, le respect de nos origines mais aussi l’amour de la France : cette France généreuse, humaniste, tolérante, mais aussi exigeante par ses valeurs fortes et universalistes. Cette France ne ressemble en rien, ni à la culture honteuse d’elle-même que propose Emmanuel Macron, ni à la République que voudrait incarner Marine Le Pen, repliée sur elle-même et vivant dans la peur de ce qui l’entoure.
J’ai un petit garçon de 13 mois que j’ai attendu plusieurs années. La vie réserve toujours de belles surprises quand on croit en elle. 
Je m’engage aujourd’hui auprès de Camille Bedin comme suppléante, parce que la France a d’autant plus besoin, pour être redressée, d’une femme combative, intelligente, jeune, qui parle vrai et connaît bien le terrain. 
Elle a une force de vie et une énergie qui va nous faire gagner la circonscription de Suresnes-Nanterre.«