Elections 2017

Public Sénat – « E. Macron n’a pas le monopole du renouvellement politique »

J’étais aujourd’hui dans l’émission « Politique 360 » sur Public Sénat pour parler des élections législatives à venir.
Vous pouvez retrouver quelques extraits vidéos ci-dessous :

 

Donnons une vraie audace réformatrice à ce nouveau Gouvernement !

UN NOUVEAU GOUVERNEMENT

Le gouvernement a été nommé aujourd’hui. Une grande partie de ses membres sont des experts, reconnus pour leur compétence. C’est certainement un atout et, comme je crois que la dimension politique ne disparaît jamais, j’espère que ce ne sera pas une faiblesse.

Parmi eux, il y a des gens que j’ai eu la chance de croiser longuement dans mon parcours. Jean-Michel Blanquer, d’abord : je me félicite de sa nomination à l’Education nationale. Nous avons partagé des combats pour l’éducation prioritaire, notamment. Comme par le passé, je le soutiendrai à chaque fois qu’il voudra réformer l’Ecole pour promouvoir le mérite et l’égalité des chances pour tous.

Comme par le passé, je dirai aussi mes désaccords quand il y en aura.

Bruno Le Maire a aussi choisi de rejoindre l’exécutif. Je le connais, le respecte et l’apprécie : en 2014, il était venu me soutenir pour l’élection municipale.

Je ne partage cependant pas sa décision, pour une raison simple : je crois que le programme d’Emmanuel Macron n’est pas à la hauteur des enjeux sur les sujets économiques.

SOUTENIR TOUS LES BONS PROJETS, SANS CHANGER DE CONVICTIONS !

La politique constructive que je défends, c’est de défendre ses idées avec conviction, pour améliorer les projets, contester ceux qu’on estime néfastes, et soutenir ceux qui vont dans le bon sens. Ne jamais renoncer.

Je ne m’oppose pas aux personnes, mais je débats des projets : à droite, j’ai maintes fois plaidé pour des réformes ambitieuses, notamment sur les questions d’éducation et d’égalité des chances (on me l’a souvent reproché) ; aujourd’hui, je ne suis pas convaincue de l’ambition réformatrice du Président de la République ; peu importe que ceux qui la mettent en œuvre viennent de la droite, du centre ou de la gauche.

EN JUIN, VOTEZ POUR LA REFORME

Les élections législatives donnent l’opportunité de préciser la ligne politique que nous souhaitons.

Certains voudront défendre un programme social-démocrate, dans la lignée de ce qu’avait entamé Manuel Valls. Ce n’est pas mon choix.

Je crois qu’il faut défendre un vrai sursaut réformateur, ambitieux, non pour amender le système, mais le réformer.  Qu’il faut s’attaquer à la dépense publique avec courage, qu’il faut réduire les impôts (et non augmenter la CSG !), qu’il faut dynamiser notre économie et refonder notre système social. Pour cette raison, je défends le projet Les Républicains et j’appelle tous ceux qui sont de cet avis à voter pour lui.

Donnons au premier ministre la majorité de droite dont il a besoin pour être audacieux !

REACTION DE CAMILLE BEDIN A LA NOMINATION D’EDOUARD PHILIPPE

Je souhaite adresser mes félicitations républicaines à Edouard Philippe, député-maire LR du Havre et désormais Premier ministre de la France. Je lui souhaite de réussir dans sa mission : il en va du succès de notre pays.

Convaincue, hier comme aujourd’hui, que le programme d’Emmanuel Macron n’est malheureusement pas à la hauteur des enjeux, je souhaite la victoire de la droite et du centre aux élections législatives de juin, pour que le Gouvernement ait l’énergie et le courage de réformer en profondeur.

FORTS DE NOS VALEURS, CONSTRUISONS L’AVENIR

Je n’aurai de cesse, avec ma liberté de parole, la force de mes convictions et de mes valeurs, de pousser tout ce qui ira en faveur du redressement de notre pays. Je n’aurai de cesse de déployer toute mon énergie pour que ce Président venu de la gauche entende la voix d’une réforme ambitieuse venue de droite. Lire la suite…

INVITATION – Lancement campagne législative ce vendredi avec Valérie Pécresse

Chers amis,

J’ai le plaisir de vous inviter au lancement de notre campagne pour les élections législatives des 11 et 18 juin prochains,
ce vendredi 12 mai à 19h à la Salle des Fêtes de la Mairie de Suresnes (2 rue Carnot).

Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France, nous fera l’honneur d’être présente pour cette réunion publique, en présence également de Christian Dupuy, Maire de Suresnes et Président de notre Comité de Soutien.

En espérant vous voir très nombreux ce vendredi !

 

Dimanche, je fais le choix de la Démocratie, mais je le fais par défaut.

Bonjour à tous,

nous sortons d’une campagne présidentielle éprouvante, fatigante.  Nous sommes déçus et beaucoup d’entre vous, je le suis, sont en colère du niveau du débat démocratique que nous avons eu.

Dimanche,  vous le savez je l’ai écrit et je l’ai dit,  je voterai à regret mais je voterai pour Emmanuel Macron. Ce choix je le fais pour la démocratie mais je le fais par défaut.

Ce vote est un vote contraint et dimanche soir j’espère qu’on tournera la page et que dès lundi nous allons commencer une nouvelle campagne, une campagne de valeurs, une campagne de projets, une campagne enthousiaste.

Je suis candidate pour être votre députée, députée de Suresnes et de Nanterre. Je porterai nos valeurs, les valeurs de notre famille politique bien-sûr,  celles de la droite et centre.

Mais aussi des valeurs qui me sont plus personnelles, des combats qui me sont chers. L’éducation, par exemple, qui est ma priorité absolue. L’égalité des chances également. Et puis je défendrai ma vision de l’engagement politique. Un engagement fondé sur la sincérité , l’envie de faire bouger les lignes, l’envie de m’engager pour agir coûte que coûte.

Cette sincérité je la mettrai au service de tous mes combats à l’avenir.

Ces valeurs je les porte avec Nassera Hamza, ma suppléante. Ces valeurs nous allons les porter ensemble. Elles font notre force.

J’espère que vous nous suivrez dans ce nouveau combat.

Je vous donne rendez-vous lundi.
Je vous remercie encore.
Et à la semaine prochaine.

Macron, sans illusion, est pour moi le seul choix possible

Madame, Monsieur, Chers amis,

Avant tout, je veux remercier, du fond du cœur, ceux qui se sont engagés dans cette campagne présidentielle difficile.

A l’issue du scrutin d’hier, deux candidats se présentent devant nous : Marine Le Pen pour le Front national et le candidat d’En Marche, Emmanuel Macron.

Avec l’élimination du PS et des Républicains, ce 2nd tour est d’abord le signe d’un chaos politique dont nos dirigeants doivent prendre conscience et dont nous devrons tirer les leçons. Après 5 ans d’une politique d’appauvrissement de notre pays avec François Hollande, nous n’aurions pas dû perdre. C’est donc une défaite pour la Droite. Douloureuse.

Ce résultat est celui que les électeurs français ont souverainement retenu. Il me semble inconcevable de ne pas choisir, ni de ne pas partager cette décision avec vous, avec qui et pour qui je m’engage en politique : être citoyen et élu impose la responsabilité de décider, y compris entre des solutions qui n’étaient pas les miennes.

Dimanche 7 mai prochain, je choisirai Emmanuel Macron, sans état d’âme, mais sans illusion. Sans enthousiasme, mais parce qu’il est, pour moi, le seul choix possible. Je ne veux pas me rendre complice, par un autre bulletin, de la victoire du repli sur soi et d’un projet ultra-étatique identique à  l’extrême gauche, mortifères pour nos enfants.

Lire la suite…

Seul le Projet de la Droite et du Centre aidera les Français

Jamais dans l’histoire de la Ve République nous n’avons vécu une élection présidentielle dont la qualité de débat public est aussi affligeante.

Alors que notre pays subit une crise économique et sociale majeure qui touche tous les secteurs et toutes les activités, il est en passe de vivre une crise politique, si nous ne réagissons pas.

Le seul débat qui vaille doit être sur le projet. Or seul le réformisme radical de François Fillon est capable de redresser le pays face aux populismes. Et c’est la seule chose qui devrait l’emporter dans notre choix !

Car François Fillon n’a comme adversaires que des populismes :

  • Le populisme des extrêmes, extrêmes de droite et de gauche, qui veut replier la France sur elle-même, ruinant l’économie française et affirmant que taper du poing sur la table nous rendra plus fort ;
  • Le populisme mou de ceux qui flattent les électorats avec le sourire, comme si rien n’était grave, un coup à droite, un coup à gauche, du moment que cela rapporte des voix, sans aucun cap permettant de relever notre pays.

L’élection présidentielle, avant d’être le choix d’un homme ou d’une femme, constitue le choix d’un responsable, capable de réformer et de diriger le pays avec ténacité et détermination, en résistant aux immobilismes et à tous ceux qui veulent bloquer le pays.

Ne nous laissons pas voler cette élection et faisons le choix du seul programme possible qui redonnera du pouvoir d’achat aux Français, de l’air à nos entrepreneurs, de la compétitivité à nos entreprises, du travail à tous les actifs et un avenir meilleur pour nos enfants !

Retrouvez ici le projet de François Fillon.